Le social learning : une solution face à l’augmentation des besoins de formation ?

Formation digitale

4 minutes

Le social learning : une solution face à l’augmentation des besoins de formation ?

Solunea

Les besoins de for­ma­tion au sein des entre­prises sont en hausse constante. Que ce soit du côté de l’entreprise elle-même ou du côté du sala­rié, l’objectif est le même : res­ter com­pé­ti­tif. Pour qu’une entre­prise puisse faire face à la com­pé­ti­ti­vi­té d’un mar­ché, il est indis­pen­sable de for­mer ses sala­riés à toutes les com­pé­tences néces­saires pour y arri­ver. Mais par­fois, ce sont les sala­riés eux-mêmes qui res­sentent le besoin ou l’envie de se for­mer. L’apprentissage social, ou social lear­ning, est un excellent moyen pour répondre aux besoins de for­ma­tions des salariés.

La formation en entreprise : le contexte actuel

Cer­tains sala­riés, sur­tout ceux de la nou­velle géné­ra­tion, ont soif d’apprendre vite et bien. Les entre­prises ne peuvent évi­dem­ment pas répondre favo­ra­ble­ment à toutes les demandes de for­ma­tion indi­vi­dua­li­sée des salariés.

Même si l’entreprise ne peut répondre favo­ra­ble­ment à toutes les demandes, son rôle est mal­gré tout d’orienter les sala­riés vers des solu­tions d’apprentissages alter­na­tives. Il y a quelques semaines on vous par­lait des MOOC en entre­prise qui sont d’excellentes solu­tions pour for­mer des sala­riés avides d’apprentissages ou sim­ple­ment com­plé­ter des notions déjà exis­tantes. Le social lear­ning est éga­le­ment l’une des solu­tions que les entre­prises peuvent pro­po­ser aux salariés.

C’est quoi exactement le social learning ou le social learning ?

Le social lear­ning est un appren­tis­sage col­la­bo­ra­tif où les appre­nants apprennent ensemble sur des outils digi­taux. L’apprentissage col­la­bo­ra­tif peut prendre plu­sieurs formes et ain­si cor­res­pondre à de nom­breux appre­nants et de nom­breuses entre­prises. Le social lear­ning peut-être cou­plé à des for­ma­tions e‑learning, des classes vir­tuelles, des MOOC …

Dans ce type de for­ma­tion, l’apprentissage est plus linéaire. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de rela­tion formateur/élève. Les par­ti­ci­pants (phy­sique ou à dis­tance) sont à la fois maîtres et élèves. Cela per­met à cha­cun d’être valo­ri­sé à sa juste valeur et l’engagement est favo­ri­sé puisque tout le monde par­ti­cipe pour faire avan­cer le groupe. L’échange et le par­tage, c’est l’essence même du social learning.

Décou­vrez nos 6 astuces pour inté­grer le social lear­ning dans une entreprise

L’apprentissage social : l’intégrer ou ne pas l’intégrer ?

Telle est la ques­tion ! Il peut être très inté­res­sant de mettre en place des pro­ces­sus en interne pour redi­ri­ger les sala­riés vers des sup­ports de for­ma­tions col­la­bo­ra­tifs pour qu’ils puissent se for­mer sur cer­taines compétences.

L’entreprise peut mettre en place des solu­tions ou redi­ri­ger vers des solu­tions exté­rieures. Le social lear­ning peut prendre plu­sieurs formes :

  • Les réseaux sociaux ( Groupe Face­book, Lin­ke­dIn, YouTube …)
  • Les MOOC / Webinaires
  • Les classes virtuelles
  • Appli­ca­tions mobiles
  • Les forums / Chat

Pour que ce type d’apprentissage se passe bien, il est impor­tant de com­mu­ni­quer auprès des sala­riés. L’entreprise peut pro­duire un docu­ment qui rap­pelle les codes et les usages de ce type de for­ma­tion, où trou­ver les res­sources, com­ment tes­ter ses connais­sances, etc.

L’entreprise doit évi­dem­ment don­ner son accord aux sala­riés pour qu’ils puissent se for­mer sur leur temps de tra­vail. Les sala­riés peuvent pra­ti­quer le social lear­ning lors de leur de leurs temps de tra­jet et leurs pauses si l’en­tre­prise n’au­to­rise pas la for­ma­tion sur les heures de travail.

« Le vrai pou­voir, c’est la connais­sance »Fran­cis Bacon

En conclu­sion, nous sommes nom­breux à pra­ti­quer le social sans même nous en rendre compte. Avec l’immensité d’internet, il est deve­nu très simple d’apprendre grâce à des com­mu­nau­tés d’utilisateurs ou de membres. Quelques clics suf­fisent pour avoir accès à un flux d’information gigan­tesque. L’entreprise a mal­gré tout le devoir de pro­po­ser des sources qua­li­ta­tives aux sala­riés qui sou­haitent se former.

Pho­to by Dora Reis on Uns­plash