Le microlearning la tendance incontournable du digital learning ?

Formation digitale

5 minutes

Le microlearning la tendance incontournable du digital learning ?

Yann Lescurat

Le micro­lear­ning est un mode de for­ma­tion à dis­tance de plus en plus plé­bis­ci­té. La rai­son de ce suc­cès est très simple : il s’adapte par­fai­te­ment aux envies et besoins des appre­nants, mais aus­si des entre­prises.

Regar­dons de plus près notre mode de vie : nous regar­dons plus de séries que de longs métrages, nous par­tons plus faci­le­ment loin en week-end pro­lon­gé que un mois à l’autre bout du monde, nous sommes constam­ment inter­rom­pus dans ce que nous fai­sons par les noti­fi­ca­tions de nos dif­fé­rents réseaux sociaux, les appels télé­pho­niques les sms, …

C’est à croire que la sélec­tion natu­relle pri­vi­lé­gie les indi­vi­dus capables de se concen­trer for­te­ment pen­dant quelques minutes et de chan­ger sans cesse de sujet de concen­tra­tion au détri­ment de ceux capables de se concen­trer sur un seul sujet pen­dant des heures. Un peu comme si notre évo­lu­tion sui­vait celui de nos chers outils numé­riques où les archi­tec­tures mul­ti­coeurs ont pris le pas sur des mono­coeurs sur­vi­ta­mi­nés. Mais lais­sons de côté cette paren­thèse geek et reve­nons au micro­lear­ning : c’est un moyen rapide, simple et sur­tout conforme à notre mode de vie actuel de dis­pen­ser une for­ma­tion per­son­na­li­sée et adap­tée à tous types de savoirs. Zoom sur le micro­lear­ning et ses rouages.

Définition du micro-learning

Le micro­lear­ning est un mode de for­ma­tion à dis­tance, sou­vent en ligne, de courte durée. Les modules de for­ma­tion durent de 30 secondes à 5 minutes et uti­lisent des tech­niques très ludiques telles que des vidéos, du texte, des images et du son. Le micro­lear­ning se carac­té­rise par des inter­ac­tions avec du micro conte­nu dans des struc­tures d’apprentissage en ligne, mais aus­si par sa faci­li­té d’accès.

Les avantages du micro-learning

Pour les entreprises

La for­ma­tion en micro­lear­ning offre tout un panel d’avantages. Les coûts sont évi­dem­ment réduits : lorsqu’il y a du monde à for­mer, la for­ma­tion digi­tale reste une solu­tion avan­ta­geuse par rap­port au pré­sen­tiel. Les modules sont réa­li­sables faci­le­ment par les chefs de pro­jet e‑learning grâce à quelques outils très simples d’utilisation. Et bien enten­du, si le module de for­ma­tion est plus court, il est moins coûteux.
Bien que moins évident, un béné­fice majeur est que le décou­page plus fin des modules d’apprentissage per­met un tra­cking lui aus­si plus fin, et donc un repor­ting plus détaillé sur le par­cours d’apprentissage des uti­li­sa­teurs. Autre paren­thèse geek : cet aspect va d’ailleurs dans le même sens que les nou­veaux usages liés à xAPI, qui sup­plante le SCORM dans cer­tains contextes.
Ain­si, un repor­ting plus fin et plus clair donne la pos­si­bi­li­té aux chefs de pro­jets de cor­ri­ger des modules qui n’auraient pas les résul­tats escomp­tés. Ils sont alors tout sim­ple­ment plus agiles dans leur démarche.

Pour les apprenants

L’autonomie est le maitre mot des for­ma­tions en micro­lear­ning ! L’apprenant devient maitre de sa for­ma­tion, il peut avan­cer à son rythme, appro­fon­dir des com­pé­tences, des thèmes, etc. L’apprenant ne se sent plus obli­gé de libé­rer une heure de son temps de tra­vail pour se for­mer. Il lui suf­fit de quelques minutes pour réa­li­ser une for­ma­tion ‘express’. Aus­si, chaque module est géné­ra­le­ment indé­pen­dant et n’est pas for­ce­ment lié à un autre ! C’est donc une méthode flexible où chaque module à un but pré­cis… et plus clair.
Par ailleurs, comme le font les séries dont nous par­lions plus haut, c’est aus­si un des moyens d’inscrire le elear­ning dans la durée : le décou­page en petits grains d’apprentissage per­met de les dif­fu­ser petit à petit au cours d’une période plus longue. L’impact mémo­riel d’une for­ma­tion d’un module de 5 minutes par semaine pen­dant 2 mois sera bien supé­rieur à un module unique de 40 minutes consul­té en une seule fois.
Enfin, c’est la pos­si­bi­li­té d’utiliser la for­ma­tion digi­tale pour le « juste à temps » : besoin de se remé­mo­rer une pro­cé­dure que l’on n’a pas appli­quée depuis long­temps ? Pas de pro­blème, revoir un module de 3 minutes est simple et enga­geant, ce qui n’est plus le cas si l’information est per­due au milieu d’un module de 2 heures.

Les inconvénients du micro-learning

Pour les entreprises

Ce type de for­mat peut être vu comme ‘trop court’. Le micro­lear­ning peut alors être res­sen­ti comme de la simple ‘infor­ma­tion’ plu­tôt que comme de la for­ma­tion. Enfin, les durées trop courtes ne sont pas for­cé­ment appli­cables à tous les sujets. Il est par­fois néces­saire de pro­po­ser des séquences de for­ma­tion plus longues et c’est en cela que le choix des modules à réa­li­ser en micro­lear­ging doit être réfléchi.

Pour les apprenants

L’apprenant manque glo­ba­le­ment de temps pour se for­mer… le micro­lear­ning ou même le mobile lear­ning sont donc une bonne solu­tion. Mais ils offrent peu de pos­si­bi­li­tés quant à l’interaction phy­sique avec un for­ma­teur, qui peut par­fois s’avérer essen­tielle à la com­pré­hen­sion, c’est pour­quoi cette pra­tique doit s’inscrire dans une démarche glo­bale avec des points de contacts à mini­ma simples et possibles.
Le micro­lear­ning est vu comme un moyen rapide et peu contrai­gnant de se for­mer. En effet, les avan­tages sont attrac­tifs : rapide à réa­li­ser et rapide à vision­ner. Mais les incon­vé­nients sont mal­gré tout à prendre en compte : manque d’interaction et des durées par­fois trop courtes pour tout assi­mi­ler. Pour que les modules soient effi­caces, il faut abso­lu­ment une idée pré­cise des objec­tifs à atteindre grâce à la for­ma­tion. La plu­ri­mo­da­li­té des for­ma­tions reste sans aucun doute le moyen le plus effi­cace de for­mer sa cible.