Est-ce que j’ajoute une voix-off à mon e‑learning ? (2 sur 2)

Gestion des talents

4 minutes

Est-ce que j’ajoute une voix-off à mon e‑learning ? (2 sur 2)

Solunea

Voi­ci la suite de cette courte série de 2 articles concer­nant la sono­ri­sa­tion de la for­ma­tion digitale.

Si vous avez lou­pé le début, c’est par là : est-ce que j’a­joute une voix-off à mon e‑learning ? (1 sur 2)

Texte + Audio = Mau­vaise combinaison

La répé­ti­tion d’un texte déjà affi­ché à l’é­cran par une voix-off n’ap­porte géné­ra­le­ment rien à la mémo­ri­sa­tion de l’in­for­ma­tion. Il y a redondance.

Consi­dé­rant que le rythme de lec­ture silen­cieuse d’un texte est en moyenne de 300 mots par minute et le rythme d’é­non­cia­tion d’un texte est en moyenne de 150 mots par minute, à moi­tié moins vite. Il est donc très dif­fi­cile pour le cer­veau de syn­chro­ni­ser les 2 infor­ma­tions. Le plus sou­vent dans ce cas, un seul des 2 canaux est uti­li­sé et l’au­dio est moins facile à igno­rer que le texte. C’est ce que confirment les études de Clark et Mayer en 2003, ain­si que More­no en 2007.

Il vaut donc mieux uti­li­ser le texte ou la voix mais pas les deux en même temps.

A noter : L’u­ti­li­sa­tion du texte seul n’est pas dénuée d’in­té­rêt. Quand l’in­for­ma­tion qu’il véhi­cule est dis­po­nible à volon­té à l’af­fi­chage, l’ef­fort de mémoire que néces­site l’ac­qui­si­tion s’en trouve réduit. Au contraire du flux audio, le rythme d’ac­qui­si­tion des infor­ma­tions est contrôlé.

Gra­phique + Audio = Bonne combinaison

Lors­qu’il faut asso­cier des infor­ma­tions visuelles avec des expli­ca­tions, for­cer le regard à navi­guer de gauche à droite sans arrêt han­di­cape l’ap­pren­tis­sage dans la plu­part des cas. L’i­déal serait alors d’u­ti­li­ser un deuxième canal de trans­mis­sion, autre que celui de la vue… Plu­sieurs études menées au début des années 2000 démontrent que l’u­ti­li­sa­tion du canal de l’ouïe peut se révé­ler très effi­cace pour dimi­nuer cette charge cog­ni­tive, en par­ti­cu­lier lors­qu’il s’a­git de com­bi­ner un mes­sage tex­tua­li­sé avec un gra­phique ou un sché­ma simple.

Par sché­ma simple, s’en­tend : un visuel dont les infor­ma­tions énon­cées par la voix-off sont faci­le­ment iden­ti­fiables par l’œil et idéa­le­ment des infor­ma­tions qui soient dis­po­sées en sui­vant un che­mi­ne­ment conti­nu pour faci­li­ter la navi­ga­tion de l’œil (évi­ter les bonds d’un bout à l’autre du schéma).

La des­crip­tion d’un pro­ces­sus visuel (mise en évi­dence ou affi­chage pro­gres­sif) com­plé­té par une voix expli­ca­tive en est un par­fait exemple.

Lorsque la voix est la plus efficace

La voix-off favo­rise l’at­ten­tion mais à condi­tion de lui faire trans­por­ter des infor­ma­tions adaptées.

Quand elle dit l’é­crit autrement :

En géné­ral, ce qu’on dit ora­le­ment ne res­semble pas à ce qu’on écrit. Le dis­cours est plus dyna­mique et plus léger que l’é­crit. Sauf à vou­loir lire un texte écrit à voix-haute et dans ce cas les audi­teurs ne res­tent pas concen­trés très long­temps. Il est pré­fé­rable d’employer un lan­gage plus natu­rel, plus proche du par­lé. Il ne s’a­git pas for­cé­ment du choix du lexique mais plu­tôt de la den­si­té d’in­for­ma­tion : faire des phrases courtes plus faciles à mémoriser.

Quand elle apporte un point de vue com­plé­men­taire et authentique :

La voix-off apporte un nou­vel angle de com­mu­ni­ca­tion qui com­plète l’in­for­ma­tion visuelle ou tex­tuelle. C’est un excellent vec­teur d’au­then­ti­ci­té pour appor­ter les anec­dotes illus­tra­tives et “par­lantes” de l’expert.

 

Alors faut-il ajou­ter de la voix-off dans un e‑learning ?

Oui, bien sûr ! Mais cela se prépare.

La voix est un média idéal pour accom­pa­gner l’ap­pren­tis­sage. D’autres sti­mu­li audios peuvent aus­si l’ac­com­pa­gner pour déclen­cher l’é­mo­tion (une musique au démar­rage par exemple) ou ren­for­cer l’im­mer­sion (des effets sonores sur des acti­vi­tés for­te­ment inter­ac­tives). Quel que soit le choix : un court mes­sage infor­ma­tif per­met­tra aux appre­nants de ne pas pas­ser à côté des efforts sonores déployés.

A vos micros !

Image by rawpixel.com