Pourquoi le digital learning fait-il évoluer la formation ?

Formation digitale

4 minutes

Pourquoi le digital learning fait-il évoluer la formation ?

Solunea

La for­ma­tion est en constante évo­lu­tion depuis de nom­breuses années avec notam­ment l’in­tro­duc­tion du e‑learning, social lear­ning, blen­ded lear­ning et autres appel­la­tions anglo­phones… mais qu’est-ce que le digi­tal lear­ning et quel est son rôle ? Pour­quoi fait-il bou­ger les codes de la formation ?

Définition digital learning

En clair, le digi­tal lear­ning c’est l’ensemble des outils numé­riques de for­ma­tions et d’accompagnement mis au ser­vice des appre­nants afin qu’ils puissent atteindre leurs objec­tifs de for­ma­tion plus rapi­de­ment et avec plus de flui­di­té. Cela ne veut pas dire que le digi­tal lear­ning est simi­laire au e‑learning ! Le digi­tal lear­ning peut inter­ve­nir dans toutes les étapes d’une for­ma­tion quelle soit dis­tan­cielle ou pré­sen­tielle. Par exemple, le digi­tal lear­ning peut être mis en place avant une for­ma­tion dis­tan­cielle afin de don­ner, à l’apprenant, l’envie d’apprendre grâce à du e‑learning. Il peut inter­ve­nir au cœur même d’une for­ma­tion pré­sen­tielle afin de la rendre plus dyna­mique et inter­ac­tive, et même après pour éva­luer les notions apprises pen­dant la formation.

Pour­quoi inclure le digi­tal lear­ning dans vos formations ?

Le digi­tal lear­ning per­met­tra aux for­ma­tions d’être encore plus effi­caces. Fini les for­ma­tions sans inter­ac­ti­vi­té, désor­mais les appre­nants et les for­ma­teurs sont tous deux acteurs de la réus­site de la for­ma­tion. Des équipes de tra­vail peuvent même se for­mer à dis­tance grâce au digi­tal lear­ning afin d’a­jou­ter un aspect col­la­bo­ra­tif et social. Aus­si, les infor­ma­tions col­lec­tées pen­dant les ses­sions de digi­tal lear­ning sont toutes cen­tra­li­sées et peuvent être ana­ly­sées afin de voir les retours concrets sur une formation.

Inclure le digi­tal lear­ning dans ses for­ma­tions est une véri­table néces­si­té à l’heure actuelle. Opti­mi­ser la per­for­mance digi­tale d’une entre­prise passe éga­le­ment par celle de ses sala­riés. Cer­tains sec­teurs avancent à la vitesse de l’é­clair et les besoins de for­ma­tions sont impor­tants. Don­ner accès à ses sala­riés à des conte­nus digi­taux pour se for­mer à tout moment notam­ment grâce au fast lear­ning ou à des jeux péda­go­giques per­met­trait de cou­vrir ces besoins rapidement.

C’est un véri­table bol d’air frais ! Les for­ma­tions qui intro­duisent le digi­tal lear­ning sont dyna­miques, par­ti­ci­pa­tives et à l’é­coute des appre­nants. Pour les entre­prises, les avan­tages ne sont éga­le­ment pas à négli­ger : sécu­ri­té des don­nées ren­for­cée, sau­ve­garde sim­pli­fiée des sup­ports (cloud), tra­vail col­la­bo­ra­tif des ser­vices internes, mutua­li­sa­tion des infor­ma­tions entre les col­la­bo­ra­teurs, etc.

Quelques chiffres sur le digital learning en entreprise

L’ISTF (Ins­ti­tut Supé­rieur des Tech­no­lo­gies de la For­ma­tion) a réa­li­sé une étude en 2015 auprès de plus 400 struc­tures repré­sen­tant à elles seules 1,3 mil­lion d’apprenants.

Quels pour­cen­tages d’u­ti­li­sa­tions pour le digi­tal learning ?

Comme dit pré­cé­dem­ment, le digi­tal lear­ning est riche d’ou­tils et de typo­lo­gie de res­sources péda­go­giques. Les modèles asyn­chrones sont les plus cou­rants, c’est-à-dire des modules de for­ma­tions auto­nomes. Les serious games sont ceux qui pro­posent le plus d’interactivités. À l’inverse, les moda­li­tés les moins inter­ac­tives sont le rapid lear­ning ou le vidéo lear­ning. Les tra­di­tion­nels modules e‑learning scé­na­ri­sés sont quant à eux inter­mé­diaire. Il existe ensuite les actions syn­chrones avec, comme réfé­rence, la classe vir­tuelle. Elle per­met de se for­mer via visio­con­fé­rence en met­tant à dis­po­si­tion des outils tels que le tableau blanc ou le tchat. Enfin, la der­nière brique vient des inter­ac­tions entre les membres de l’espace de for­ma­tion (appre­nants à appre­nants, ou appre­nants à tuteurs ou for­ma­teurs, etc.).

Ana­ly­ser ses formations 

Pour ter­mi­ner, à l’is­sue d’une for­ma­tion, il est pré­fé­rable de dif­fu­ser un ques­tion­naire auprès des appre­nants. Les fac­teurs de cap­ta­tion dans le digi­tal lear­ning sont impor­tants. Les res­pon­sables de for­ma­tion doivent veiller à ce que les modules soient appré­ciés par les appre­nants afin qu’il puisse pro­fi­ter des avan­tages du digi­tal lear­ning.  Voi­ci un tableau qui regroupe les dif­fé­rentes thé­ma­tiques ayant reçu le plus de cri­tiques de la part des appre­nants, néga­tives ou positives.

En conclu­sion, ce sont les codes de la for­ma­tion eux-mêmes qui évo­luent ! Le digi­tal lear­ning offre un éven­tail de solu­tion dans la créa­tion, la ges­tion et la dif­fu­sion des conte­nus péda­go­gique. L’objectif est d’apporter une expé­rience nou­velle à l’apprenant grâce à la diver­si­té et à l’ac­ces­si­bi­li­té de ces for­ma­tions. De plus, les entre­prises ne doivent pas pas­ser à côté de cette évo­lu­tion majeure et ain­si se don­ner les moyens de for­mer ses sala­riés rapi­de­ment et conti­nuel­le­ment grâce à tous les outils et les solu­tions qu’offre le digi­tal learning.

→ Avez-vous déjà inclue le digi­tal lear­ning dans vos for­ma­tions ? Faites-nous un retour en commentaire !

 

Cré­dit pho­to : pixabay.com