<span class="dquo">«</span> Learning by doing » : passez à l’action

Formation digitale

3 minutes

« Learning by doing » : passez à l’action

Imane Bensouda

Pour Maria Mon­tes­so­ri, méde­cin et péda­gogue : « L’organe moteur qui carac­té­rise l’Homme, c’est la main au ser­vice de l’intelligence, pour la réa­li­sa­tion du tra­vail. ». Pour résu­mer, l’apprentissage se fait par le faire (pas par le fer, hein !). Autre­ment dit, le « lear­ning by doing » per­met à l’apprenant de se for­mer, d’apprendre par la pra­tique. Cette méthode met l’apprenant au cœur de son appren­tis­sage. 

 

Les avantages.

 

L’apprentissage par la pra­tique pos­sède des avan­tages non négli­geables pour l’apprenant et donc, par exten­sion, pour son entre­prise. Voi­ci les prin­ci­paux avan­tages : 

  • La for­ma­tion est plus aisé­ment assi­mi­lée. Le fait de pra­ti­quer per­met à l’apprenant d’utiliser plu­sieurs zones du cer­veau, d’utiliser plus de res­sources, et donc s’inscrit plus faci­le­ment dans sa mémoire. Lorsque vous appre­nez à conduire, c’est au moment de la pra­tique que vous appre­nez à démar­rer la voi­ture ! 

 

  • Puisqu’il s’agit d’une forme de pra­tique, au plus proche du réel, l’apprenant est plus rapi­de­ment et plus effi­ca­ce­ment opé­ra­tion­nel après sa for­ma­tion. Il a d’ores et déjà mis en pra­tique les connais­sances et com­pé­tences acquises ! 

 

  • La confron­ta­tion à l’erreur est éga­le­ment un point posi­tif. Elle per­met dans un pre­mier temps de ne pas la repro­duire mais aus­si de mieux com­prendre une connais­sance ou une com­pé­tence. Si vous tour­nez la clé de la voi­ture dans le mau­vais sens, elle ne démar­re­ra jamais. Vous le ferez une fois, mais pas deux !  

 

  • L’apprentissage par la pra­tique per­met à l’apprenant d’avoir davan­tage de luci­di­té quant à ses connais­sances et com­pé­tences déjà acquises. En se confron­tant à ses limites, il connait mieux ses besoins et ses lacunes pour pou­voir apprendre avec effi­ca­ci­té. 

 

Concrètement, comment ça marche ? 

 

Répétition. 

 

On a sou­vent enten­du dire que pour mémo­ri­ser, il faut répé­ter… Mais ce n’est pas si simple ! Vous sou­ve­nez-vous de toutes les poé­sies apprises à l’école ? Vous les avez pour­tant tel­le­ment enten­dues et répé­tées ! La répé­ti­tion à elle seule ne suf­fit pas. Répé­ter dif­fé­rent, par contre, fera une réelle dif­fé­rence ! Pour cela, chan­gez les approches tout en gar­dant l’apprenant actif 

 

Emotions. 

 

Une des carac­té­ris­tiques du « lear­ning by doing » c’est la facul­té de cette méthode à pro­duire des émo­tions. Et les neu­ros­ciences le savent, l’émotion est un levier pri­mor­dial de la mémo­ri­sa­tion ! L’émotion vécue en for­ma­tion que l’apprenant revi­vra en situa­tion pro­fes­sion­nelle sera un déclen­cheur de la mémoire. Les connais­sances et les com­pé­tences acquises seront alors pour effi­ca­ce­ment déployées et uti­li­sées. 

 

Projection. 

 

L’apprentissage par la pra­tique per­met enfin une pro­jec­tion plus impor­tante, tou­jours dans ce sou­ci d’assi­mi­la­tion sti­mu­lée. La récep­tion d’une infor­ma­tion est beau­coup plus effi­cace lorsque l’apprenant sait qu’il va devoir l’appliquer juste après ! Lorsque vous regar­dez une recette de cui­sine, vous êtes en géné­ral beau­coup plus atten­tif aux ingré­dients ou aux étapes si vous avez déjà sor­ti votre fouet que si vous deviez réa­li­ser cette recette la semaine pro­chaine ! 

 

 

Et comme le dit si bien l’illustre Albert Ein­stein : « La connais­sance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est qu’information. ».