Pourquoi intégrer des serious games dans votre stratégie de formation ?

Formation digitale

4 minutes

Pourquoi intégrer des serious games dans votre stratégie de formation ?

Solunea

Les for­ma­tions en entre­prise évo­luent et deviennent de plus en plus ludiques. Pour le plus grand bon­heur des sala­riés ! Les serious games se révèlent être une grosse ten­dance depuis quelques années et font leurs arri­vés au sein des ser­vices for­ma­tions des entreprises.

Définition serious games

Les serious games ou jeux sérieux en Fran­çais ont fait leur appa­ri­tion dans le domaine mili­taire et se retrouvent aujourd’hui dans de nom­breux sec­teurs. Selon Julian Alva­rez, pro­fes­seur des uni­ver­si­tés, le serious game se défi­nit comme : « Une appli­ca­tion infor­ma­tique, dont l’objectif est de com­bi­ner à la fois des aspects sérieux (Serious) tels, de manière non exhaus­tive, l’enseignement, l’apprentissage, la com­mu­ni­ca­tion, ou encore l’information, avec des res­sorts ludiques issus du jeu vidéo (Game) ». C’est donc une manière d’apprendre des notions concrètes sur l’outil infor­ma­tique tout en s’amusant. L’apprentissage est moins dif­fi­cile pour les appre­nants qui trouvent un côté très inter­ac­tif et ludique à ce mode d’apprentissage

 

.

 

Les serious games en entreprise

Selon l’Institut Amé­ri­cain Mar­ket­sand­Mar­kets, l’industrie des serious games pour­rait peser jusqu’à 4,6 mil­liards d’euros en 2020. C’est donc un mar­ché en pleine expan­sion qui ne demande qu’à prou­ver son effi­ca­ci­té et ses bienfaits.

Par­fai­te­ment inté­grés au sein d’une stra­té­gie de for­ma­tion, les serious games offrent un mode de for­ma­tion très appré­ciée par les entre­prises et les appre­nants. Tout comme le e‑learning, les coûts de mise en place peuvent être éle­vés, mais ils peuvent aus­si for­mer un grand nombre d’apprenants en simul­ta­né et à n’importe quel endroit.

Au sein d’une entre­prise, les serious games peuvent être uti­li­sées pour de nom­breuses raisons.

  • Recru­ter un candidat
  • For­ma­tion pour mon­ter en compétence
  • Apprendre la culture d’entreprise
  • Infor­mer ses salariés

Il n’y a pas de règle pour les for­ma­tions avec des serious games, tout (ou presque) peut être ensei­gné grâce aux jeux. Tous les sec­teurs et toutes les entre­prises sont concernés.

 

 

 

Pourquoi adopter les serious games en entreprise ?

Les serious games pos­sède de nom­breux avan­tages, nous allons ten­ter d’en énu­mé­rer quelques-uns, mais c’est une liste non exhaus­tive et les avan­tages peuvent être dif­fé­rents d’une entre­prise à l’autre en fonc­tion des objec­tifs de formation.

Pour com­men­cer, tout comme le e‑learning, les serious games per­mettent d’apprendre sans prendre de risque ! Les serious games per­mettent aux appre­nants de se mettre en situa­tion tout en s’amusant. Les mises en situa­tion sont simulées.

Les serious games boostent l’engagement des appre­nants ! Dans ce type de for­ma­tion tout est mis en œuvre pour que l’apprentissage soit le plus ludique pos­sible, et ce pour tout le monde, pas seule­ment les jeunes. Ce sont éga­le­ment des for­ma­tions enga­geantes, car les objec­tifs de for­ma­tion sont faci­le­ment attei­gnables sans que l’apprenant ait l’impression de four­nir un effort.

Au cours des for­ma­tions serious games, les appre­nants prennent de nom­breuses déci­sions qui sont ensuite cen­tra­li­sées et peuvent être ana­ly­sés via des outils digi­taux (tels que des LMS) afin de tirer des conclu­sions pré­cises. Grâce à l’analyse, vous pour­rez iden­ti­fier les forces et les fai­blesses de vos col­la­bo­ra­teurs. Ces ana­lyses peuvent même être effec­tuées au cas par cas.

Pour ter­mi­ner, c’est un mode de for­ma­tion qui ne suf­fit pas tou­jours à lui-même. Il est sou­vent néces­saire de com­plé­ter les serious games avec dif­fé­rents types de for­ma­tion Digi­tal Lear­ning (MOOC, mobile lear­ning, etc.). Le blen­ded lear­ning semble éga­le­ment être une excel­lente alter­na­tive pour pro­po­ser des cur­sus de for­ma­tion com­plet et efficace.

Pho­to by Rebec­ca Oli­ver on Uns­plash