Comment le microlearning favorise-t-il la rétention et l’engagement dans une formation ?

Formation digitale

5 minutes

Comment le microlearning favorise-t-il la rétention et l’engagement dans une formation ?

Solunea

Pour­quoi parle-t-on autant du micro­lear­ning dans l’in­dus­trie du digi­tal lear­ning ? Dans cet article, décou­vrez les avan­tages du micro­lear­ning, ses domaines d’ap­pli­ca­tion et les stra­té­gies appro­priées pour l’im­plé­men­ter dans une stra­té­gie de for­ma­tion afin d’a­mé­lio­rer la réten­tion et l’en­ga­ge­ment au sein d’une formation.

Les appre­nants d’au­jourd’­hui ont moins d’at­ten­tion qu’au­pa­ra­vant. Ils ont des exi­gences dif­fé­rentes : ils veulent des conte­nus en for­mat réduit, rapi­de­ment assi­mi­lable, mais aus­si facile à conser­ver. Contrô­ler leur plan d’ap­pren­tis­sage fait éga­le­ment par­tie des cri­tères phares pour les appre­nants : ils veulent déci­der quand, où et com­ment ils apprennent. De plus, les chefs de pro­jet for­ma­tion trouvent qu’il est de plus en plus dif­fi­cile de convaincre les employés de se cou­per de leur tra­vail pour réa­li­ser de longues ses­sions de formation.

Ajou­tez à cela, un envi­ron­ne­ment de tra­vail chan­geant où beau­coup de sala­riés sont moins pré­sents au bureau, car ils partent à la ren­contre des clients, ils voyagent ou ils sont pré­sents sur le ter­rain… les for­ma­tions clas­siques deviennent donc plus dif­fi­ciles à réa­li­ser. Le digi­tal lear­ning répond à la plu­part des pro­blé­ma­tiques que ren­contrent ces entre­prises en évolution.

Le micro­lear­ning est une alter­na­tive inté­res­sante aux entre­prises en pleine évo­lu­tion qui sou­haitent struc­tu­rer et dif­fu­ser des conte­nus d’ap­pren­tis­sages dif­fé­rem­ment. Cette méthode d’ap­pren­tis­sage issu digi­tal lear­ning s’ins­crit sou­vent dans un plan de for­ma­tion mixte.

Avant d’ex­plo­rer l’u­ti­li­sa­tion du micro­lear­ning pour amé­lio­rer la réten­tion et l’en­ga­ge­ment de l’ap­pren­tis­sage, reve­nons sur ses points clés.

Définition du microlearning

Un module de micro­lear­ning pré­sente les carac­té­ris­tiques suivantes :

Durée courte : comme son nom l’in­dique, un module de micro­lear­ning doit être un concen­tré de conte­nu qua­li­ta­tif de 4 à 8 minutes. Le temps peut évi­dem­ment varié de quelques minutes en fonc­tion du conte­nu et de son application.
Objec­tif d’ap­pren­tis­sage spé­ci­fique : Un module de micro­lear­ning vise à intro­duire une idée, à abor­der un com­por­te­ment ou à expli­quer un concept. Par exemple, un pro­gramme de for­ma­tion sur la ges­tion des chan­ge­ments peut com­por­ter un module de micro­lear­ning qui explique sim­ple­ment la courbe d’en­ga­ge­ment. Ain­si, il répond à un objec­tif d’ap­pren­tis­sage spécifique.
Mode d’ap­pren­tis­sage spé­ci­fique : Le micro­lear­ning est conçu avec des sup­ports ciblés comme une vidéo, le mLear­ning, un iPDF, quiz ou un jeu court.

3 preuves que le microlearning est bénéfique pour l’apprenant

1. Réduit la perte d’attention

Des études montrent que les gens perdent géné­ra­le­ment leur concen­tra­tion après seule­ment huit secondes ! Notre mode de vie numé­ri­sé et digi­ta­li­sé nous a ren­dus hyper­ac­tifs avec un faible seuil d’en­nui. Le micro­lear­ning avec ses seg­ments de 1 à 3 minutes per­met de sai­sir et de rete­nir l’at­ten­tion tout au long du module de formation.

2. Aug­men­ta­tion du contrôle de l’apprentissage
De nom­breux modules de micro­lear­ning sont conçus de façon à ce que les appre­nants y accèdent quand et où ils le sou­haitent. Les employés peuvent éga­le­ment accé­der au module via LMS, mais aus­si par email, por­tails d’employés, sites publics ou même direc­te­ment télé­char­gés sur smart­phones et tablettes. Cela per­met aux appre­nants de réa­li­ser un module de micro­lear­ning dès qu’ils ont 10 à 15 minutes devant eux. Le focus mis sur les objec­tifs d’ap­pren­tis­sages favo­rise la satis­fac­tion de l’apprentissage.

3. Faci­lite la rétention
Comme vu plus haut, le micro­lear­ning peut se pré­sen­ter sous plu­sieurs formes comme des iPDF, des vidéos, du mLear­ning, simu­la­tions, quiz ou jeu. Ce mélange de modes d’ap­pren­tis­sage engage l’ap­pre­nant et amé­liore l’ex­pé­rience d’ap­pren­tis­sage globale.

Où et comment utiliser le microlearning dans un programme de formation?

Le micro­lear­ning peut être uti­li­sé dans une ou dans toutes ces étapes du cycle d’apprentissage :

Sen­si­bi­li­ser
C’est l’a­per­çu qui doit être par­ta­gé au début d’un pro­gramme de for­ma­tion afin de sus­ci­ter la curio­si­té et de sen­si­bi­li­ser les appre­nants. Cette étape peut prendre la forme de vidéos pro­mo­tion­nelles ou infor­ma­tives, d’in­for­ma­tions avec les iPDF, info­gra­phies, etc.
Construire des com­pé­tences et des connaissances
Cela inclut le conte­nu d’ap­pren­tis­sage tra­di­tion­nel et s’as­so­cie par­fai­te­ment à du mLear­ning, des vidéos inter­ac­tives et des simulations.
Pro­mou­voir la pra­tique et l’évaluation
Dans ce cadre, le micro­lear­ning favo­rise le pro­gramme de for­ma­tion. On peut y retrou­ver des quiz, de la gami­fi­ca­tion et des simulations.
Per­for­mance
Les appre­nants ont besoin de modules de ren­for­ce­ment après avoir par­ti­ci­pé à un pro­gramme d’ap­pren­tis­sage for­mel, sur­tout lors­qu’ils com­mencent à appli­quer ces notions dans des cas concrets. Cela peut être pré­sen­té sous forme d’un fichier iPDF ou de quiz de renforcement.

Appren­tis­sage collaboratif
Au fur et à mesure que les appre­nants applique les notions vu pen­dant une for­ma­tion, ils com­mencent acqué­rir de l’ex­pé­rience et des connais­sances. Il est pos­sible de mettre cette expé­rience à pro­fit au sein d’un groupe, sous forme de dis­cus­sions, de par­tage d’ex­pé­riences, d’é­tudes de cas, et la créa­tion de conte­nu à l’aide de por­tails dédiés et d’ap­pli­ca­tions mobiles.
Pour implé­men­ter une stra­té­gie de for­ma­tion en micro­lear­ning de façon opti­male vous devez iden­ti­fier une stra­té­gie d’ap­pren­tis­sage en fonc­tion du besoin d’ap­pren­tis­sage et du pro­fil des appre­nants. Vos modules de for­ma­tions seront ain­si claire et efficace.

Source / cré­dit photo