La réalité virtuelle : sera-t-elle bientôt intégrée dans toutes les formations digital learning ?

Formation digitale

4 minutes

La réalité virtuelle : sera-t-elle bientôt intégrée dans toutes les formations digital learning ?

Solunea

La réa­li­té vir­tuelle fait déjà fureur dans cer­tains sec­teurs : le sport, la télé­pho­nie mobile, le tou­risme, la san­té, l’architecture  … il n’y a donc pas de rai­son que la for­ma­tion y échappe ! Les casques de réa­li­té vir­tuelle sont com­mer­cia­li­sés depuis quelques années et les pro­fes­sion­nels de la for­ma­tion com­mencent à y trou­ver des avan­tages consi­dé­rables et n’hé­sitent plus à l’in­clure dans leurs démarches de for­ma­tion digi­tal lear­ning. Com­ment la réa­li­té vir­tuelle est-elle implé­men­tée dans les for­ma­tions aujourd’­hui et quels sont ses points forts ?

Définition : C’est quoi la réalité virtuelle ?

La réa­li­té vir­tuelle se défi­nit par une tech­no­lo­gie infor­ma­tique qui simule la pré­sence phy­sique d’une per­sonne dans un uni­vers syn­thé­tique créé sur inter­net par des logi­ciels. Dans cet uni­vers, l’u­ti­li­sa­teur peut inter­agir comme s’il était dans la vie réelle puisque cette tech­no­lo­gie repro­duit arti­fi­ciel­le­ment une expé­rience sen­so­rielle comme la vue, le tou­cher, l’ouïe et l’odorat.

L’ins­ti­tut Trac­ti­ca a mené une étude en juillet 2015 sur le mar­ché de la réa­li­té vir­tuelle. L’ins­ti­tut pré­voit que les reve­nus de la réa­li­té vir­tuelle pour­raient s’élever à 21,8 mil­liards de dol­lars en 2020 et que les ventes de casques s’é­lè­ve­ront à 18 mil­lions 2017 et à 38 mil­lions en 2020.

La réa­li­té vir­tuelle ne doit pas être confon­due avec la réa­li­té aug­men­tée. En effet, cette der­nière se carac­té­rise par la super­po­si­tion de la réa­li­té et d’élé­ments (sons, images 2D, 3D, vidéos, etc.) cal­cu­lés par un sys­tème infor­ma­tique en temps réel à tra­vers un écran.

Réalité virtuelle et digital learning : les avantages

Le digi­tal lear­ning fait évo­luer la for­ma­tion grâce à ses nom­breux outils. La réa­li­té vir­tuelle (VR) en fait par­tie et fait beau­coup par­ler ces der­niers temps et pour­tant elle n’est pas exploi­tée à son maximum.

Ima­gi­nez une tech­no­lo­gie qui met les appre­nants dans des condi­tions réelles, mais sans les risques ? Grâce aux casques de réa­li­té vir­tuelle, l’im­mer­sion est totale, l’ex­pé­rience sen­so­rielle est plus pré­sente que jamais : plus de cla­vier, plus d’é­cran, plus de sou­ris… sim­ple­ment un casque qui plonge dans un uni­vers arti­fi­ciel qui per­met de voir et de tou­cher. L’en­ga­ge­ment et l’ac­tion sont donc ins­tinc­tifs chez l’ap­pre­nant, il inter­agit en temps réel. De plus, lors de ces ses­sions de for­ma­tion l’im­mer­sion est telle que le cer­veau croit ce qu’il voit.

L’ab­sence de risque per­met à des sec­teurs sen­sibles tels que le médi­cal de s’exer­cer et d’ap­prendre sans prendre de risque. Par exemple, des étu­diants chi­rur­giens peuvent, grâce à la réa­li­té vir­tuelle, s’exer­cer à réa­li­ser des opé­ra­tions chi­rur­gi­cales en 3D avant de pra­ti­quer sur de vrais patients. L’a­van­tage est très clair : faci­li­ter l’ap­pren­tis­sage en simu­lant des opé­ra­tions déli­cates sans mettre en dan­ger le patient.

Le prix de ces appli­ca­tions pour le grand public n’est pas vrai­ment abor­dable (jeu vidéo, télé­pho­nie, etc.), mais pour la for­ma­tion, c’est dif­fé­rent. En effet, les dépenses sont réduites puisque la réa­li­té vir­tuelle per­met de for­mer plu­sieurs col­la­bo­ra­teurs en même temps à n’im­porte quel endroit sur n’im­porte quel sup­port. Pour une grande entre­prise qui a des bureaux répar­tis aux quatre coins de la France, cela per­met par exemple de for­mer des col­la­bo­ra­teurs sur une même machine sans les faire dépla­cer pour une for­ma­tion clas­sique. Cette tech­no­lo­gie est faci­le­ment déployable et démul­ti­pliable. Elle néces­site cepen­dant un inves­tis­se­ment de base pour les casques et la créa­tion de l’es­pace virtuelle.

La VR per­met donc d’ap­prendre la théo­rie et de la mettre en pra­tique de manière ludique et réa­liste. Le par­cours de for­ma­tion est moder­ni­sé, les codes de la for­ma­tion sont revus et sur­tout ras­sem­bler : gami­fi­ca­tion, immer­sion, enga­ge­ment, droit à l’er­reur dans des exer­cices pra­tiques vir­tuels. Que pen­sez-vous de cette tech­no­lo­gie dans le sec­teur de la for­ma­tion ? Pen­sez-vous qu’elle se démo­cra­ti­se­ra au fil des années ou pen­sez-vous au contraire que le vir­tuel prend trop d’es­pace dans les for­ma­tions actuelles ?

 

Cré­dit pho­to : pixabay.com